Analyse

Réforme des retraites : quels sont les changements importants à retenir ?

A RETENIR

Partagez

Posts précédents

Ancienne assurance-vie : quitter ou rester ?

Il y a plusieurs années, vous avez souscrit un contrat d’assurance vie. Sage décision ! Mais à l’heure actuelle, vous vous demandez si vous ne pourriez pas trouver mieux, en termes de performance ou de services. Nous vous aidons à …

Les premières mesures, prises par le gouvernement, sur la réforme des retraites, sont effectives depuis le 1er septembre. Parfois difficiles à comprendre, nous avons synthétisé pour vous les points importants à retenir. Et surtout, nous vous encourageons à mettre en place les mesures nécessaires pour vous protéger contre une baisse de revenus.

Quel est le principal changement de la réforme des retraites ?

Depuis cette date, le principal changement est le relèvement de l’âge minimum de départ de 3 mois.

  • Pour ceux nés en 1961, il faudra attendre d’avoir 62 et 3 mois pour pouvoir partir.
    Par exemple, si vous êtes né le 1er octobre 1961, vous ne pouvez plus partir à la retraite le 1er octobre 2023, à 62 ans, mais le 1er janvier 2024, à 62 ans et 3 mois.                  
  • Pour les autres, voici comment se fait le décalage :

– 6 mois pour les personnes nées en 1962 qui devront ainsi attendre d’avoir 62 ans et demi pour partir

– 9 mois pour les personnes nées en 1963

– 1 an pour les personnes nées en 1964 qui doivent donc attendre 63 ans.

Et ainsi de suite jusqu’à la génération née en 1968 et les suivantes qui devront attendre 64 ans, pour avoir le droit de partir.                      

Quels sont les points qui ne changent pas ?

  • Vous aurez « le droit » de partir à la retraite, mais vous subirez une décote si vous n’avez pas un nombre de trimestres travaillés suffisants.
    Cette décote sera proportionnelle au nombre de trimestres manquants.
  • L’âge de départ pour obtenir une retraite sans décote n’a pas été modifié. Il est toujours de 67 ans.

En revanche, le nombre de trimestres à valider augmente au même rythme que l’âge d’ouverture des droits.

  • Pour une personne née entre septembre 1961 et décembre 1962, il faut désormais valider 169 trimestres (contre 168 avant la réforme).
  • Pour une personne née en 1963 : 170 trimestres.
  • Née en 1964 : 171 trimestres
  • Née en 1965 : 172 trimestres.

Y a-t-il de nouvelles mesures à venir ?

  • La révision du dispositif « carrière longue » : 2 nouvelles bornes de départ anticipé sont mises en place, 62 ans si vous avez commencé à travailler à 20 ans et 63 ans si vous avez commencé à travailler à 21 ans.
  • La revalorisation des petites retraites, prévue à partir du 9 octobre (date de versement de la pension au titre du mois de septembre).
  • La comptabilisation des trimestres de travaux d’utilité publique et certains stages : mise en ligne d’un service spécifique d’ici fin septembre.
  • La fin des régimes spéciaux (RATP, Banque de France, EDF, notaire, etc.) sera effective pour les nouveaux embauchés, à partir du 1er septembre.                      

Cette réforme n’a pas le même impact pour tous !

Certains perdent un ou deux ans alors même qu’ils auraient bénéficié d’une retraite à taux plein dès 62 ans. 

Ce n’est pas le cas de la majorité des Français, surtout des jeunes qui, du fait de carrières commencées de plus en plus tard et interrompues de plus en plus souvent, devront travailler jusqu’à 67 ans pour bénéficier d’une « bonne » retraite… dans le meilleur des scénarios.

Mais la réforme semble encore insuffisante. D’autres réformes sont à venir. 

Du fait du vieillissement de la population et de l’allongement de la durée de vie (donc de la durée de la retraite), l’État (les caisses de retraite ?) ne semble pas avoir les moyens de vous verser une pension pleine à 67 ans.                      

Que faut-il faire pour protéger le montant de sa retraite ?

Tout le monde se focalise sur l’âge de départ à la retraite, alors que le sujet principal devrait être le montant de la pension.

Mieux vaut une retraite à 67 ans avec une pension qui permet de vivre sereinement, qu’une retraite à 64 ans sans le sou; c’est-à-dire sans possibilités de maintenir le niveau de ses loisirs, sa santé et permettre de faire face à aux problèmes de dépendance.

Or, les pensions diminuent alors que les décotes augmentent, et l’inflation diminue le pouvoir d’achat.

Il est donc primordial de vous de construire un complément retraite le plus tôt possible.

Comment ? En investissant régulièrement :

  • soit dans une assurance-vie, si vous avez moins de 50 ans et que vous avez encore un peu de temps pour penser à la retraite
  • soit dans un Plan d’Épargne Retraite, si vous avez plus de 50 ans et que le financement de votre retraite est un objectif prioritaire; le PER vous permettant également de réduire vos impôts.

Dans tous les cas nous vous proposons un bilan retraite afin d’envisager la meilleure solution adaptée à votre cas.

N’hésitez pas à nous contacter.